Camille a des mots

Ce blog est le fourre tout d'une CAmille de Paris mais aussi un peu d'ailleurs....J'écris mes histoires, donne mes avis, partage des infos et des bons plans ... Enfin, je blablate quoi.... Il est de coutume de laisser une citation? Celle qui me guide :

03 février 2010

La belle paire de chaussures

miumiuL’envie de jolies chaussures, environ 99% des filles connaissent ce sentiment.

Je vagabonde donc au premier étage des Galeries Lafayettes à la recherche d’une jolie paire à talons. Mes pas me portent à un corner chic. Des paires de chaussures aux talons vertigineux et importables pour une fille avec une vie « normale ». Mais une petite paire attire mon regard. Vernies, bicolores et à nœuds. Vraiment pas mon genre. Pourtant je flashe. Je jette un œil à la dérobée, trop de vendeurs, un stand trop petit, c’est dingue comme dans certains cas je peux être intimidée. Je ne me sens pas à ma place comme si je n’étais pas assez chic pour franchir la limite entre le lino de l’allée centrale et la moquette beige du corner Miu-Miu…

Je sors. Je vais au Printemps d’à côté. Je sais qu’ils ont un stand Miu-Miu et j’ai toujours pu approcher les chaussures sans la moindre intrusion de vendeur. Je me sens un peu lâche. J’y suis, au cinquième étage du grand magasin. Effectivement, je suis seule devant une dizaine de paires improbables.

Je décide que je ne vaux pas moins qu’une autre et je retourne aux Galeries. Premier étage, je marche d’un pas assuré. Sans hésiter je franchis la moquette. Voilà, ce n’était pas plus difficile que ça. Je prends l’objet de ma convoitise dans la main. Elles sont vraiment adorables. Mais je la repose.

-         Vous voulez les essayer ? Me demande gentiment un vendeur.

Je cherche une lueur de mépris dans son regard mais je ne la trouve pas. Bien fait pour moi.

-              Oh ! Le 35 italien est trop grand pour moi. Je fais un 35 français.

Mais il me suggère toujours de les essayer, ce modèle ci taille petit, ne jamais se fier aux tailles, les marques varient souvent. Comme les femmes alors… Il me suggère, il n’insiste pas.

Alors je les essaye. Il m’apporte l’autre pied, m’invite à marcher sur le parquet (celui qui entoure la moquette, maintenant que j’ai franchi la limite, je ne retourne pas sur le lino, surtout avec ces merveilles chics aux pieds).

C’est vrai qu’elles me vont. Elles font le pied parfait. Elles sont confortables, stables et pas trop hautes. En gros le rêve de toute fille fan de talons. Je n’en reviens pas à quel point mes jambes sont magnifiques. Mais je décide que je dois les mériter et que mon apprentissage du franchissement de la moquette doit continuer et que cela passe par le fait de rendre les chaussures au vendeur et disant « oui, peut-être ».

Pour ces chaussures, il faut que je sois sûre.

miumiucamapgne

Je laisse passer quelques temps puis, un samedi après-midi, je retourne sur les lieux du désir. Je décide que j’ai le droit de réessayer les chaussures et de ne pas les prendre si j’ai encore envie de réfléchir. Le vendeur me reconnaît et se fait un peu complice. Mais je les rends, un des pieds présente un léger accro et je trouve ça dommage pour une paire de ce prix. Je ressors la tête haute et me dis que maintenant je suis prête à franchir la porte de la boutique Miu-Miu. Mes pas me portent donc rue St Honoré. Mais ils n’ont cette paire qu’en 35 et ½. Trop grandes.

Je rentre chez moi. Je me dis que ce n’est pas grave, après tout, ai-je besoin d’une paire de chaussures aussi jolies ? ( ?????)

Une somme égale au prix des chaussures qui me tombe entre les mains a eu raison de ma raison… Je retourne aux Galeries et ma paire est toujours là. Si en quinze jours l’unique 35 n’a pas été vendu c’est qu’il est fait pour moi (bonjour l’argumentaire). Pour l’accro je demande une ristourne que la responsable m’accorde. C’est le même gentil vendeur qui encaisse mon paiement. Je repars le sourire aux lèvres avec mon sac vieux rose estampillé Miu-Miu. C’est con mais d’un coup je me sens chic. Oui, c’est doublement con car cela fait ostentatoire comme attitude.

Depuis j’ai compris que je n’étais pas pire qu’une autre. Du coup, depuis j’ai soigné mon complexe. Je suis allée rue Montaigne, chez Dior. J’ai essayé deux paires et je suis repartie les mains vides (c’était pour le plaisir). Un magasin est d’entrée libre et finalement on se fait moins emmerder rue du Faubourg Saint Honoré que chez Eram. Tu rentres, tu regardes, tu ressors, tout le monde s’en fout. C’est sûr, c’est mieux si tu sors une carte gold. Je suis même aller baver pour de vrai sur des Louboutin (je n’ai pas essayé, le magasin était en bordel, des filles avaient dix paires éparpillées autours d’elle et les vendeurs restaient fort aimable, mais j’ai décidé de revenir quand ça serait plus calme…).

miumiucampagne2

Le mieux c’est quand même que ma jolie paire d’escarpin tient toutes ses promesses et même davantage. En plus d’être confortables, ces chaussures font un ravage ! Tout le monde les remarque, les admire, les trouve tellement belles ! Et moi, fasse à tout ça, j’assume en affichant un air décontracté « Ah oui, tu trouves ? Merci».

Elles ont fait de moi une garce….

Edit : pile le jour où je raconte cette chaussures-aventure, je découvre que 6 blogueuses dont Violette ont créé grâce à André leur propre paire de chaussures. Je dis chapeau les filles (et suis un peu jalouse aussi). Je vous laisse découvir les six aventures en vous mettant le site de Violette (vous trouverez tous les liens chez elle).

Posté par Dik Dik à 08:52 - Mes chaussures et moi - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Très joliment raconté.
    Bravo pour avoir franchi le Rubicon. J'aimerais pouvoir en faire autant la prochaine fois...

    Posté par MK, 03 février 2010 à 13:34
  • Merci ! Lance toi, ce n'est pas si difficile finalement et d'un certain côté, cela booste la confiance en soi.

    Posté par Camille, 03 février 2010 à 18:16
  • Récit amusant, et dans lequel de nombreuses personnes pourront se reconnaître (pas moi, j'ai bossé dans le luxe et n'ai aucun complexe à rentrer dans des boutiques chics).
    Pour les créations des blogueuses, c'est effectivement réussi, et pour les avoir touchées, et vues de près, les finitions sont à la hauteur du design, très belles.
    J'attends pour ma part Mars avec impatience, j'ai chargé Manou de m'en prendre une paire avant de me l'apporter à Dakar.
    Et c'est cela le comble du chic, commander sa paire de chaussures favorite et se la faire livrer à domicile,... non ?

    Posté par Dom, 07 février 2010 à 11:31
  • Ca y est, c'est bon, maintenant je peux rentrer n'importe où !!
    Quelle chance de les avoir vu de près, je devrais attendre mars.... Et oui, là, tu es au comble du chic ! Tu sais que nous repartons en voyage en Afrique avant, je l'espère, de pouvoir enfin y vivre !

    Posté par Camille, 07 février 2010 à 15:20
  • Moi aussi j'adore les chaussures !

    Ah ! Très sympa votre billet ! Qui n'a pas eu ce sentiment de ne pas "être à la hauteur" pour rentrer dans telle ou telle boutique ? Peur de se sentir obligée d'acheter des chaussures hors de prix peut être ? Bon promis, la prochaine fois j'essaie aussi de rentrer chez Dior ! Sinon moi j'ai dégoté des boutiques de chaussures à Paris qui valent vraiment le coup d'œil, allez voir sur ce site, il y a les meilleures boutiques de mode à Paris : www.justacote.com ! On peut se fier aux avis des membres, c'est sympa ! A bientôt ! Marie

    Posté par Chaussures Paris, 19 août 2010 à 11:07

Poster un commentaire