Camille a des mots

Ce blog est le fourre tout d'une CAmille de Paris mais aussi un peu d'ailleurs....J'écris mes histoires, donne mes avis, partage des infos et des bons plans ... Enfin, je blablate quoi.... Il est de coutume de laisser une citation? Celle qui me guide :

04 février 2010

Anita

Il y a quelques mois, Anita est partie. Partie entre les larmes de tristesse et de joie. Anita, elle va me manquer. On ne se voyait pas si souvent mais je ressortais toujours grandie de nos conversations. Lors de ce dernier rendez-vous, une fois encore elle m'a donné de précieux conseils.

Ce qui me blesse, c'est qu'elle est partie contrainte par les lois de mon pays... On pense toujours que ça n'arrive qu'aux autres, et un jour, ça arrive à une amie si proche....

Anita et Félix sont arrivés dans ma vie il y a déjà 5 ans.... Nous avons vécu deux ans ensemble dans une colocation que nous partagions avec deux autres personnes. On a eu le temps d'en vivre des choses ensemble en deux ans. Des rires, des fêtes, des anniversaires, des examens universitaires, du sport, des sorties et aussi, parfois, du chagrin, des larmes, un peu de tristesse ou de nostalgie. Anita, elle avait parfois le mal du pays....

Et son pays, on le lui a rendu par la force. La sanction qui tombe : on ne renouvelle pas votre titre de séjour. Pas d'autre explication que le fait qu'elle n'est pas eut son année. Peu importe que cette maîtrise elle la fasse en deux ans et qu'elle l'obtienne cette année avec les félicitations du jury pour son mémoire. Peu importe les raisons qu'elle évoque pour demander le renouvellement de son titre de séjour. La préfecture n'est pas obligée de vous répondre, voilà l'argument employé. Pourtant, c'est ce que la lettre qu'elle tenait à la main le 24 décembre dernier lui suggérait de faire si elle voulait se justifier... Elle pouvait aussi faire appel à un avocat ou à la cour suprême de Paris.... Une chose aisée en somme....

Anita n'a rien pu faire sinon aller au bout de son année universitaire dans la clandestinité, la trouille au ventre car c'est une fille profondément honnête.

Je pourrais être heureuse de son départ, elle va retrouver sa famille, ses amis qu'elle a quittés depuis 5 ans maintenant. Mais les conditions font que je suis triste. Elle a aimé Paris, la France. Elle laisse ici son amoureux. Elle s'exclame devant moi "Tu te rends compte, j'ai l'impression d'être assimilée à une criminelle ! Je ne suis pas une criminelle, je voulais juste étudier !".... Elle se sent humiliée, bafouée, victime d'injustice.

Oui, si peu de discernement.... Anita vivait en couple, Felix gagne bien sa vie et elle faisait des boulots d'étudiante en dehors de ses heures de cours. Ils avaient un appartement coquet. Comme tout le monde, ils allaient au cinéma, au restaurant, en soirée, chez des amis, en promenade... Des citoyens parfaits. Alors, pourquoi elle? Je m'interroge sur la politique du gouvernement, la question des quotas....

Voilà, mon amie est partie et je sais qu'elle porte en elle une certaine blessure....

Posté par Dik Dik à 08:57 - Songeuse.... - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Wow ! C'est dur de se voir confronté à un renouvellement de titre de séjour...
    C'est un peu comme de digérer une rupture sentimentale : c'est unilatéral. Je comprends donc la "blessure" dont tu parles.

    Des bises

    Posté par monsieur gabriel, 05 février 2010 à 10:49
  • Merci ! Heureusement, elle n'a pas enchaîné avec une rupture sentimentale, bien au contraire, même si son ami vit toujours ici et elle au Pérou.

    Posté par Camille, 07 février 2010 à 15:18

Poster un commentaire